L’apport de protéines : Une nécessité après un bypass

L’apport de protéines : Une nécessité après un bypass

Certaines personnes atteintes d’obésité peuvent solliciter une intervention chirurgicale pour un bypass gastrique afin de perdre du poids. Mais toute médaille a son revers puisqu’après le bypass gastrique, le patient souffre inévitablement de carences nutritionnelles. Il est donc indispensable de l’informer, de le former et de le préparer pour adapter son alimentation à sa nouvelle situation.

Le bypass gastrique  va permettre de réduire le volume de l’estomac pour le transformer en une petite poche gastrique. C’est une opération jugée lourde mais bénéfique pour les personnes obèses. Considérée comme une méthode de référence, cette approche permet dans le meilleur des cas une perte de poids significative sur le long terme.

La malabsorption intestinale engendrée par le bypass et la réduction par le patient lui-même de son apport alimentaire peuvent entrainer des carences en protéines chez le patient les premiers mois après son opération. Ces carences en protéines peuvent être responsables de nombreuses complications après l’opération dont les principales sont une immunité diminuée, une perte musculaire trop importante, ou encore une ostéoporose (fragilité des os). Il est donc important de les prévenir, et c’est en tous les cas ce que s’efforcent de faire les équipes pluridisciplinaires qui prennent en charge le patient avant et après son opération.

Quelle est l’utilité des protéines ?

Les protéines sont essentielles à la vie de la cellule. Elles se composent de différents acides aminés qui permettent le développement des muscles. Il existe deux sources de protéines alimentaires : les protéines animales (viande, poisson, œufs et laitages) et les protéines végétales (céréales et légumineuses). Les protéines animales sont de meilleure qualité car elles fournissent les principaux acides aminés nécessaires pour le corps.

Le bypass gastrique et le manque d’apports de protéines : Quel rapport ?

Selon des statistiques sérieuses en provenance d’un Le service d’endocrinologie, de diabétologie et métabolisme d’un centre hospitalier universitaire Suisse, il a été réalisé une étude sur les carences en protéines causées par un bypass gastrique durant la première année après l’opération. Sur un suivi de seize patientes, les médecins et diététiciennes ont mesuré la diminution de l’apport alimentaire en protéines.

Durant le premier mois après l’intervention, cet apport ne couvrait plus que 30% de leurs besoins protéiques, remontait légèrement dès le troisième mois (entre 45% et 50%) pour se stabiliser par la suite.

Les raisons de cette diminution de l’apport en protéines dans le corps sont dues principalement à la baisse de la quantité de nourriture avalée à cause du petit volume de la poche gastrique. Soumis à un régime mixé-lisse (sous forme de purée) durant le premier mois postopératoire, le patient consomme moins d’aliments riches en protéines comme la viande. De plus, il ressent moins la sensation de faim et se sent vite rassasié.

Le bypass gastrique va permettre un changement radical dans des habitudes alimentaires du patient. C’est pour cela qu’il a besoin d’un maximum d’informations ou de conseils pratiques pour arriver à avoir notamment un apport en protéines satisfaisant. Le patient doit donc apprendre à reconnaître les aliments riches en protéines, les portions de nourriture à avaler ainsi que la fréquence de leur consommation. Pour combler le manque de protéines, il reçoit au besoin des compléments nutritifs à boire ou des poudres de protéines au cours des trois premiers mois postopératoires.

L’intolérance au lactose est possible après l’opération. Comme le lait et ses produits dérivés sont riches en protéines, il est donc conseillé de consommer des aliments sans lactose en remplacement si nécessaire.

Quels sont les aliments riches en protéines ?

Pendant votre repas, commencez par manger les protéines. Même si les fruits, les légumes et autres glucides sont bénéfiques pour une alimentation saine, les protéines doivent être une priorité. Durant les premières semaines qui suivent l’intervention, une grande partie de l’apport en protéines proviendra notamment des boissons protéinées. Par la suite, au fur et à mesure de la réintroduction d’aliments solides dans vos repas, il faut s’assurer de manger des protéines à chaque repas et en-cas.

Parmi les aliments riches en protéines, il y a les viandes, le poisson, le tofu, le lait, les yaourts, le fromage, les haricots, les noix, et les produits à base de soja. Il vaut mieux consommer du lait écrémé et demi-écrémé, les yaourts et fromages sans matières grasses pour réduire le nombre de calories et de graisses consommées. Il est également important de repérer les sucres ajoutés dans les yaourts, et consommer plutôt le yaourt grec pour maximiser l’apport en protéines et limiter la consommation de sucre. Choisissez des morceaux de viande sans graisse et sans peau pour éviter de prendre encore une fois des calories.

Comment améliorer votre tolérance alimentaire ?

Du moment que le volume de l’estomac est réduit en une petite poche gastrique, il est nécessaire de manger par petites bouchées et surtout de bien mastiquer afin de faciliter la tolérance alimentaire, et éviter les blocages ou les vomissements. Si la nourriture n’est pas transformée en purée dans la bouche, elle ne passera jamais dans le tube digestif. Enfin, il est essentiel de prendre son temps pour manger et de compter environ trente minutes par repas.

Tout cela doit s’apprendre car ce sont ces éléments de changements de comportement alimentaire qui sont les plus difficiles pour le patient. En effet, les anciennes habitudes reviennent très vite ! L’objectif est que la personne ayant subi un bypass arrive à consommer une assiette normale après un an de l’opération. Le dessert doit être pris ultérieurement dans le cadre d’une collation, et la boisson entre les repas.

Si le patient n’arrive pas à prendre le temps nécessaire au moment des repas pour s’alimenter correctement, il va tenter de consommer plus facilement de petites quantités d’aliments tout au long de la journée. Le bypass agit sur la faim et non l’envie ; il a donc un effet sur la quantité ingurgitée pendant les repas et non sur les grignotages qui sont souvent la cause des reprises de poids à deux ans après l’opération.

Un suivi régulier par une équipe pluridisciplinaire avant et après l’opération est donc essentiel pour que l’effet du bypass puisse durer, et assurer ainsi une vie plus saine et plus harmonieuse au patient.

Pour en savoir plus sur le bypass gastrique Tunisie, contactez-nous

La sleeve gastrectomie contre l’obésité

sleeve tunisie

La sleeve gastrectomie est une technique chirurgicale qui vise à lutter contre l’obésité. Elle est pratiquée chez l’adulte et consiste à réduire le volume de l’estomac pour provoquer une sensation de satiété

Selon les statistiques officielles, il existe en France plus de 15% d’adultes obèses. Ceci est non seulement dû à un régime alimentaire déséquilibré et riche en graisses et en sucre mais les médecins assurent aussi que ce serait une véritable maladie qui nécessite parfois au recours d’une intervention chirurgicale de l’obésité et particulièrement la sleeve gastrectomie.

Sleeve gastrectomie : Une solution radicale pour lutter contre l’obésité

Il est possible de perdre du poids avec une alimentation équilibrée et des exercices physiques. Par contre si ces techniques s’avèrent insuffisantes, il y a lieu de se tourner vers des solutions plus radicales comme la sleeve gastrique.

La sleeve gastrectomie est une des techniques du traitement opératoire de l’obésité. Cette chirurgie bariatrique va faire en sorte de rendre inaccessible les 2/3 de l’estomac du patient. Pour cela le chirurgien va agrafer l’estomac pour en former un tube ce qui va donc ralentir le passage des aliments.

Cette opération de chirurgie bariatrique prend à peu près 2 heures de temps pour une hospitalisation de 3 à 5 jours. Bien sûr, suite à l’intervention le patient devra suivre un régime alimentaire et de ce fait réduire les quantités de nourriture avalées au quotidien. Il faut savoir que cette intervention est irréversible et il y a lieu de bien réfléchir avant de s’engager. La sleeve Tunisie est parfaitement indiquée pour les patients dont l’IMC est très élevé et comprise en 50 et 60.

Sleeve gastrique : Les résultats

La sleeve gastrique fait partie des techniques les plus efficaces pour lutter contre l’obésité. D’ailleurs, elle permet une perte de poids plus élevée que l’anneau ajustable, de 60% à peu près, sans compter un meilleur maintien à long terme, moins de risques de malabsorption, de carences en vitamines et minéraux, d’anémie, d’ostéoporose et d’occlusion intestinale. Les données statistiques montrent, de plus de cas de normalisation de l’équilibre des sécrétions et de sensibilité à la glycémie, avec une amélioration ou disparition des maladies diabétiques.

Sleeve gastrectomie : Avantages et inconvénients

Contrairement à d’autres interventions de chirurgie de l’obésité, la sleeve gastrectomie a pour avantage de ne pas introduire de corps étranger dans l’estomac. Bien qu’il s’agisse d’une intervention assez complexe, elle est plus sûre dans le temps. La sensation de privation de nourriture est moindre que dans d’autres types de traitements, et cette intervention a l’avantage non négligeable d’être remboursée par la sécurité sociale.

Il faut tenir compte du fait que ce traitement est douloureux, et une prise d’antalgiques suite à l’opération est prévisible. Les agrafes présentes sur l’estomac peuvent entraîner des risques d’inflammation, de distension ou encore de déchirement, mais ces complications sont très rares.

Qu’en est-il après la sleeve gastrectomie ?

Après une sleeve gastrectomie, la reprise de l’alimentation doit obligatoirement être progressive pour ne pas remplir l’estomac qui est en voie de cicatrisation.

Voici donc quelques indications générales sur l’alimentation post-opératoire :

  • Semaine 1 : La première semaine après l’intervention, il faut commencer à avaler des aliments exclusivement liquides (eau, thé, bouillons) puis est épaissir progressivement les aliments ingurgités avec des soupes épaisses, purées fluides, compotes, yaourts, fromage blanc ou encore pots d’aliments pour bébé.
  • Semaine 2 et 3 : Il y a lieu de consommer des aliments à texture tendre, ni trop secs ni trop filandreux comme des pommes cuites, ratatouille, œufs brouillés, etc…
  • Semaine 4 : Le retour à une alimentation normale est possible mais contrôlé.

Ii faut savoir aussi qu’il est très important de manger lentement, et de s’arrêter dès les premiers indicateurs de satiété.

Après le 1er mois : voici ce que vous devrez faire

  • Fractionnement des prises alimentaires en trois repas, en plus d’une à deux collations en fonction des besoins de chacun ;
  • Une alimentation variée ;
  • Une alimentation à manger en petits morceaux ;
  • Une mastication longue
  • Boire le moins possible pendant les repas ;
  • En présence d’un état de satiété il faut cesser impérativement de manger ;
  • Une surveillance accrue de la dentition.
  • Un suivi rapproché avec un diététicien, ou avec votre médecin traitant, permettra d’éviter les carences en vitamines et oligo-éléments.

Sans compter qu’il faut aussi

  • Boire en dehors des repas souvent, par petite quantité ;
  • Reprendre une activité physique régulière (marche pour commencer, à raison de 3 fois 30-40 minutes par semaine).

La sleeve, bonne ou mauvaise alternative contre l’obésité ?

La sleeve gastrique est aujourd’hui très pratiquée en France mais malheureusement pas toujours selon les bonnes indications. Il est important de prendre conscience des conséquences importantes liées à cette intervention, et surtout de ne pas croire que celle-ci représente une solution miracle.
La sleeve ne dispense pas d’un changement radical des habitudes, qu’elles soient alimentaires ou en termes d’activité physique.
Les complications existent toujours, et l’opération est irréversible, ce qui représente un réel inconvénient, sans compter qu’il ne faut pas omettre, le coût élevé de cette opération !

 

Les différents types de ballons gastriques

Selon les statistiques officielles de l’OMS, 14,5% de la population française adulte est obèse et la tendance est à la croissance les 10 prochaines années. Ceci est dû principalement à mode de vie sédentaire et le manque de temps. Cette situation est réversible, même si les activités sportives et les différents régimes ne sont pas suffisants pour une perte de poids visible. Il existe en effet plusieurs solutions destinées à la perte de poids comme le ballon gastrique.

Le ballon gastrique : Définition

Le ballon gastrique est un dispositif placé dans l’estomac et destiné à ralentir la digestion et diminuer la prise alimentaire. Le ballon intragastrique permet de retrouver la sensation de satiété et diminuer la sensation de faim.

Ballon gastrique
Ballon gastrique

Contrairement aux autres techniques de chirurgie bariatrique, il s’agit d’une intervention simple et rapide, qui ne laisse pas de cicatrice, et qui n’est pas définitive. Le ballon gastrique a une durée limitée dans le temps, et peut être retiré au bout de 6 ou 12 mois. Le ballon gastrique est destiné aux patients qui souffrent d’obésité et ne souhaitant pas se soumettre à une opération plus invasive comme par exemple une chirurgie de réduction de l’estomac. Cette technique est destinée aux personnes obèses ayant un IMC supérieur ou égal à 27

Les différentes sortes de ballons gastriques

Il existe plusieurs types de ballons gastriques et vous trouverez certainement avec l’aide de votre chirurgien celui qui vous convient le mieux en fonction de votre poids.

  • Orbera : C’est un ballon qui a une durée de vie de 6 mois et qui est destiné aux personnes qui ont un IMC compris entre 27 et 35. Son enveloppe est en silicone, et il est rempli avec 500 à 700 cc de solution saline stérile bleue.
  • Orbera 355 : Le ballon Orbera 355 a quant à lui une durée de vie d’une année, et s’adapte aux personnes ayant un IMC compris entre 30 et 40. Il possède les mêmes caractéristiques que le ballon Orbera.
  • Elipse : Le ballon de la marque Elipse dure uniquement 4 mois, il a une enveloppe en polyuréthane et il est rempli avec 500 cc de solution saline. Il est adapté aux personnes qui ont un IMC entre 27 et 35. Il est ingéré sans anesthésie, ni fibroscopie et se dégonfle seul au bout de 4 mois avant d’être éliminé naturellement par le tube digestif.
  • Héliosphère Bag : Il s’agit d’un ballon d’une durée de vie de 6 mois, destiné à toute personne ayant un IMC de 27 à 35. Son enveloppe est en polyuréthane, il est rempli avec 720 cc d’air et pèse 30g.
  • Spatz : le ballon Spatz a une durée de vie d’un an et est destiné à toute personne ayant un IMC entre 30 et 40. Il possède une enveloppe en silicone et est ajustable grâce à une tubulure reliée au ballon, ce qui permet de diminuer son volume en cas de mauvaise tolérance, ou bien de l’augmenter si la perte de poids stagne. Il est initialement rempli de 550 cc de solution saline stérile bleue.
  • Medsil : Il s’agit d’une ballon d’une durée de vie de 6 mois pour ceux qui ont un IMC de 27 à 35. Il est composé d’une enveloppe en silicone et est rempli de 500 à 700 cc de solution saline stérile bleue.

Quel que soit le type de ballon, ils sont tous mis en place et retirés par fibroscopie sauf dans le cas du ballon Elipse. La solution saline qui remplit les ballons est teintée d’une couleur bleue pour des raisons de sécurité. De ce fait, si le ballon venait à rompre, le patient le remarquerait tout de suite dans ses urines.

Qu’en est-il donc de la perte de poids suite à la pose d’un ballon gastrique ? La perte de poids la plus courante est comprise entre 10 et 25 kilos durant les 6 mois où le ballon est mis en place. Mais pour cela, il faudra changer d’alimentation et de mode de vie. Un ballon posé sans suivi diététique n’aura pas autant de succès.