L’apport de protéines : Une nécessité après un bypass

L’apport de protéines : Une nécessité après un bypass

Certaines personnes atteintes d’obésité peuvent solliciter une intervention chirurgicale pour un bypass gastrique afin de perdre du poids. Mais toute médaille a son revers puisqu’après le bypass gastrique, le patient souffre inévitablement de carences nutritionnelles. Il est donc indispensable de l’informer, de le former et de le préparer pour adapter son alimentation à sa nouvelle situation.

Le bypass gastrique  va permettre de réduire le volume de l’estomac pour le transformer en une petite poche gastrique. C’est une opération jugée lourde mais bénéfique pour les personnes obèses. Considérée comme une méthode de référence, cette approche permet dans le meilleur des cas une perte de poids significative sur le long terme.

La malabsorption intestinale engendrée par le bypass et la réduction par le patient lui-même de son apport alimentaire peuvent entrainer des carences en protéines chez le patient les premiers mois après son opération. Ces carences en protéines peuvent être responsables de nombreuses complications après l’opération dont les principales sont une immunité diminuée, une perte musculaire trop importante, ou encore une ostéoporose (fragilité des os). Il est donc important de les prévenir, et c’est en tous les cas ce que s’efforcent de faire les équipes pluridisciplinaires qui prennent en charge le patient avant et après son opération.

Quelle est l’utilité des protéines ?

Les protéines sont essentielles à la vie de la cellule. Elles se composent de différents acides aminés qui permettent le développement des muscles. Il existe deux sources de protéines alimentaires : les protéines animales (viande, poisson, œufs et laitages) et les protéines végétales (céréales et légumineuses). Les protéines animales sont de meilleure qualité car elles fournissent les principaux acides aminés nécessaires pour le corps.

Le bypass gastrique et le manque d’apports de protéines : Quel rapport ?

Selon des statistiques sérieuses en provenance d’un Le service d’endocrinologie, de diabétologie et métabolisme d’un centre hospitalier universitaire Suisse, il a été réalisé une étude sur les carences en protéines causées par un bypass gastrique durant la première année après l’opération. Sur un suivi de seize patientes, les médecins et diététiciennes ont mesuré la diminution de l’apport alimentaire en protéines.

Durant le premier mois après l’intervention, cet apport ne couvrait plus que 30% de leurs besoins protéiques, remontait légèrement dès le troisième mois (entre 45% et 50%) pour se stabiliser par la suite.

Les raisons de cette diminution de l’apport en protéines dans le corps sont dues principalement à la baisse de la quantité de nourriture avalée à cause du petit volume de la poche gastrique. Soumis à un régime mixé-lisse (sous forme de purée) durant le premier mois postopératoire, le patient consomme moins d’aliments riches en protéines comme la viande. De plus, il ressent moins la sensation de faim et se sent vite rassasié.

Le bypass gastrique va permettre un changement radical dans des habitudes alimentaires du patient. C’est pour cela qu’il a besoin d’un maximum d’informations ou de conseils pratiques pour arriver à avoir notamment un apport en protéines satisfaisant. Le patient doit donc apprendre à reconnaître les aliments riches en protéines, les portions de nourriture à avaler ainsi que la fréquence de leur consommation. Pour combler le manque de protéines, il reçoit au besoin des compléments nutritifs à boire ou des poudres de protéines au cours des trois premiers mois postopératoires.

L’intolérance au lactose est possible après l’opération. Comme le lait et ses produits dérivés sont riches en protéines, il est donc conseillé de consommer des aliments sans lactose en remplacement si nécessaire.

Quels sont les aliments riches en protéines ?

Pendant votre repas, commencez par manger les protéines. Même si les fruits, les légumes et autres glucides sont bénéfiques pour une alimentation saine, les protéines doivent être une priorité. Durant les premières semaines qui suivent l’intervention, une grande partie de l’apport en protéines proviendra notamment des boissons protéinées. Par la suite, au fur et à mesure de la réintroduction d’aliments solides dans vos repas, il faut s’assurer de manger des protéines à chaque repas et en-cas.

Parmi les aliments riches en protéines, il y a les viandes, le poisson, le tofu, le lait, les yaourts, le fromage, les haricots, les noix, et les produits à base de soja. Il vaut mieux consommer du lait écrémé et demi-écrémé, les yaourts et fromages sans matières grasses pour réduire le nombre de calories et de graisses consommées. Il est également important de repérer les sucres ajoutés dans les yaourts, et consommer plutôt le yaourt grec pour maximiser l’apport en protéines et limiter la consommation de sucre. Choisissez des morceaux de viande sans graisse et sans peau pour éviter de prendre encore une fois des calories.

Comment améliorer votre tolérance alimentaire ?

Du moment que le volume de l’estomac est réduit en une petite poche gastrique, il est nécessaire de manger par petites bouchées et surtout de bien mastiquer afin de faciliter la tolérance alimentaire, et éviter les blocages ou les vomissements. Si la nourriture n’est pas transformée en purée dans la bouche, elle ne passera jamais dans le tube digestif. Enfin, il est essentiel de prendre son temps pour manger et de compter environ trente minutes par repas.

Tout cela doit s’apprendre car ce sont ces éléments de changements de comportement alimentaire qui sont les plus difficiles pour le patient. En effet, les anciennes habitudes reviennent très vite ! L’objectif est que la personne ayant subi un bypass arrive à consommer une assiette normale après un an de l’opération. Le dessert doit être pris ultérieurement dans le cadre d’une collation, et la boisson entre les repas.

Si le patient n’arrive pas à prendre le temps nécessaire au moment des repas pour s’alimenter correctement, il va tenter de consommer plus facilement de petites quantités d’aliments tout au long de la journée. Le bypass agit sur la faim et non l’envie ; il a donc un effet sur la quantité ingurgitée pendant les repas et non sur les grignotages qui sont souvent la cause des reprises de poids à deux ans après l’opération.

Un suivi régulier par une équipe pluridisciplinaire avant et après l’opération est donc essentiel pour que l’effet du bypass puisse durer, et assurer ainsi une vie plus saine et plus harmonieuse au patient.

Pour en savoir plus sur le bypass gastrique Tunisie, contactez-nous